Home Rétrofiteurs CARWATT, l’économie circulaire poussée à son maximum

CARWATT, l’économie circulaire poussée à son maximum

Par Retrofit-Daily

CARWATT se consacre au rétrofit électrique des véhicules industriels, en ré-utilisant les batteries issues des constructeurs automobile, à commencer par celle de la Renault Zoé. Une alternative à l’achat de batteries neuves 100% économie circulaire, déjà soutenue par Air France.

économie circulaire d’engins
L’économie circulaire pratiquée sur les véhicules industriels des aéroports.
Photos : Ken Yam et Jannes Glas – Unsplash

 

La transformation de véhicule thermique en électrique 100% économie circulaire

Avec un ingénieur et ancien pilote de ligne aux commandes, CARWATT ne pouvait que voir pas tout à fait, faire comme tout le monde. Son fondateur Gérard Fledzer, est aussi co-président de l’Association AIRe, réunissant les acteurs de la filière du rétrofit en France. 

Pour rendre la transformation de véhicule thermique en électrique encore plus vertueuse, Carwatt décide d’utiliser des batteries de seconde vie, provenant de véhicules électriques, du Groupe Renault notamment avec celles des ZOE ou du Kangoo Z.E.

Les batteries du constructeur sont réputées pour être fiables et bien conçues. Tout en ayant déjà démontré leur solidité lors de leur première utilisation. Rachetées après cinq ou six ans, d’usage, leur capacité ne serait que que faiblement dégradées… De quoi être toujours suffisamment performantes pour les usages du quotidien.

 

économie circulaire d’engins
économie circulaire d’engins
L’économie circulaire pratiquée sur les véhicules industriels d’Air France
Photo : CARWATT
Lire aussi : EV Europe : du T1 au transporteur VW, en passant par la DS, ou l’utilitaire électrique

 

Véhicules industriels et énergie durable

Chez CARWATT, la transformation de véhicule thermique en électrique s’opère sur les véhicules industriels. A commencer par les engins utilisés sur les pistes, par Air France. 

Les chariots à bagages sont convertis à l’électrique et équipés de batteries de seconde vie. Viendront ensuite les camions de piste, les escabeaux, les pousseurs d’aéroplanes… ou les navettes qui conduisent les passagers sur les pistes.

Plus exotique, Carwatt vise aussi la transformation des véhicules de safari-photos en Afrique de l’Est. La vitesse de ces véhicules restant modeste, le silence est quant à lui indispensable pour ne pas effrayer les animaux. Ce qui rend le recours à la motorisation électrique très approprié. Sans oublier la possibilité de recharger les batteries avec des panneaux photovoltaïques installés sur les lodges. 

La conversion de véhicule à l’électrique couplée au réemploi des batteries alimentée par de l’énergie durable… Le boucle est bouclée.

 

batteries de voitures
batteries de voitures
Eric Planchais (à gauche) directeur exécutif CARWATT, Yann Arthus-Bertrand, président de la Fondation GoodPlanet,
et Gérard Feldzer (à droite) président et fondateur de CARWATT.
Photo : CARWATT

 

Le passage à l’industrialisation

L’activité “véhicules industriels” vise aussi le fluvial avec les péniches de transport ou les bateaux touristiques. Autres “pistes”, les engins urbains ou les engins de voirie. Les idées ne manquent pas. Et pour passer ce cap indispensable de l’industrialisation, l’entreprise a emménagé à Coignières dans les Yvelines. Dans ce qu’on appelle l’”Automotive Valley”.

 Avec 40 batteries ré-utilisées en 2019, le partenariat avec Renault se renforce. CARWATT se donne deux ans pour tester l’ensemble des conversions à l’électrique possible. 

 

Regarder la vidéo Air France et Carwatt sur Viméo :

Articles associés